Category: Méditation du jour

Savoir invoquer le Saint-Esprit

Faites attention : surtout n’invoquez pas le Saint-Esprit, car vous prenez des risques !

Si vous aimez vous réfugier dans l’immobilisme ainsi que dans le confort d’une religion ankylosée, surtout n’ouvrez pas vos cœurs à l’Esprit de Dieu.

Si vous croyez que Dieu est dans son ciel, laissant les humains se débattre tout seuls sur Terre, sans une once d’inspiration divine, abandonnés à leurs propres forces… surtout ne demandez pas à l’Esprit de se révéler à vous, car il se pourrait bien que vous deviez reconsidérer votre vision de Dieu.

Evitez donc d’invoquer le Souffle Saint sur votre vie, car vous pourriez vous retrouver au cœur d’une bourrasque, vos idées toutes faites et vos habitudes bien ancrées balayées comme des feuilles par un coup de vent…

Si vous aimez bien tout contrôler, étiqueter, planifier, ne laissez pas le Saint-Esprit s’insinuer dans votre existence bien organisée, car il risquerait de tout chambouler tel un chien fou se ruant sur un jeu de quilles.

Si vous avez un caractère craintif, oubliez le Saint-Esprit, car vous n’auriez plus d’excuses pour vous réfugier derrière votre manque de courage rédhibitoire.

Si vous aimez entretenir en vous l’amertume et rabâcher toujours les mêmes reproches, laissez tomber le Saint-Esprit, car vous pourriez vous retrouver en face de vos proches avec l’envie de leur pardonner, la mémoire allégée de toutes les blessures vives qui l’encombraient.

Si répéter que « rien ne va plus, que se battre ne sert plus à rien, que le monde est pourri et que les hommes aussi… » est une rengaine que vous aimez reprendre de manière chronique, évitez de laisser le Saint-Esprit inspirer vos paroles, car vous pourriez soudain avoir envie de parler d’avenir, d’espérance et de beauté de l’humanité.

Si vous n’aimez pas entreprendre, si la nouveauté vous effraie, si rencontrer de nouvelles personnes vous ennuie… ne priez pas l’Esprit créateur et recréateur, ne laissez pas ce Souffle vous emmener sur des terrains inconnus et vous accompagner dans une aventure intérieure qui vous fera renaître à vous-même.

Si par peur de souffrir et de laisser advenir qui vous êtes vraiment, vous avez préféré un mode de vie léthargique au dynamisme qu’offre une vie pleinement vécue… Surtout fuyez à l’approche du Saint-Esprit, car vous courez le risque d’ouvrir votre cœur à l’amour, de retrouver votre vivacité et votre liberté.

L’Esprit saint est la présence amoureuse de Dieu au cœur de la création, une énergie et une force qui peut se déployer en chacun, alors avant de l’inviter… réfléchissez bien… il se peut qu’il vous entraîne là où vous n’auriez jamais pensé aller !

Paru dans La Vie protestante (Juin 2015)

 

 

Chercher le chemin de la compatibilité avec Christ

J’ai beaucoup œuvré parmi les hommes et prononcé de nombreuses paroles pendant cette période. Ces paroles sont pour le salut de l’homme et ont été prononcées pour qu’il soit compatible avec Moi. Pourtant, Je n’ai gagné que quelques personnes sur terre qui sont compatibles avec Moi. Je dis donc que l’homme ne chérit pas Mes paroles car il n’est pas compatible avec Moi. De cette façon, Je réalise Mon œuvre non seulement pour que l’homme M’adore, mais surtout pour qu’il soit compatible avec Moi. L’homme a été corrompu et vit dans le piège de Satan. Tous les hommes vivent dans la chair, dans des désirs égoïstes. Pas un seul d’entre eux n’est compatible avec Moi. Il y en a qui disent être compatibles avec Moi, mais qui adorent tous de vagues idoles. Bien qu’ils reconnaissent Mon nom comme saint, ils empruntent un chemin opposé au Mien et leurs paroles sont pleines d’arrogance et d’assurance. Car, au fond, ils sont tous contre Moi et incompatibles avec Moi. Chaque jour, ils cherchent des traces de Moi dans la Bible et trouvent au hasard des passages « appropriés », qu’ils lisent sans cesse et récitent comme des Écritures. Ils ne savent pas comment être compatibles avec Moi, ni ce qu’être en inimitié envers Moi signifie. Ils se contentent de lire les Écritures aveuglément. Ils restreignent au sein de la Bible un Dieu vague qu’ils n’ont jamais vu et qu’ils sont incapables de voir. Ils la sortent pour la regarder pendant leur temps libre. Ils ne croient en Mon existence que dans le cadre de la Bible. Pour eux, Je suis identique à la Bible ; sans la Bible, Je n’existe pas et, sans Moi, la Bible n’existe pas. Ils ne prêtent aucune attention à Mon existence ni à Mes actions, mais accordent plutôt une attention soutenue et particulière à chacune des paroles des Écritures. Beaucoup d’entre eux pensent même que Je ne devrais pas faire ce que Je veux faire, à moins que ce ne soit prédit dans les Écritures. Ils accordent trop d’importance aux Écritures. On peut dire qu’ils donnent trop d’importance aux paroles et aux expressions, au point de mesurer chaque parole que Je prononce et de Me condamner en s’appuyant sur chaque verset de la Bible. Ils ne recherchent pas la voie de la compatibilité avec Moi, ni de la compatibilité avec la vérité, mais plutôt celle de la compatibilité avec les paroles de la Bible. Ils croient que tout ce qui ne se conforme pas à la Bible n’est pas Mon œuvre, sans exception. De tels hommes ne sont-ils pas les fidèles descendants des pharisiens ? Les pharisiens juifs ont utilisé la loi de Moïse pour condamner Jésus. Ils n’ont pas cherché la compatibilité avec le Jésus de l’époque, mais ont consciencieusement suivi la loi à la lettre, au point de finalement crucifier l’innocent Jésus, L’ayant accusé de ne pas suivre la loi de l’Ancien Testament et de ne pas être le Messie. Quelle était leur essence ? Ont-ils cherché la voie de la compatibilité avec la vérité ? Ils étaient obsédés par chacune des paroles des Écritures, ne prêtant aucune attention à Ma volonté ni aux étapes et méthodes de Mon œuvre. Ce n’étaient pas des gens qui cherchaient la vérité, mais des gens qui s’accrochaient aux mots avec rigidité. Ce n’étaient pas des gens qui croyaient en Dieu, mais des gens qui croyaient en la Bible. En somme, ils étaient les chiens de garde de la Bible. Afin de protéger les intérêts de la Bible, de défendre sa dignité et de protéger sa réputation, ils sont allés jusqu’à clouer le miséricordieux Jésus sur la croix. Ils l’ont fait simplement pour défendre la Bible et maintenir le statut de chacune de ses paroles dans le cœur des gens. Ils ont donc préféré renoncer à leur avenir et au sacrifice d’expiation pour condamner à mort Jésus, qui ne S’était pas conformé à la doctrine des Écritures. N’étaient-ils pas des laquais de chaque parole des Écritures ?

Et qu’en est-il des hommes d’aujourd’hui ? Christ est venu pour annoncer la vérité, mais ils ont préféré L’expulser de ce monde afin de gagner l’entrée au ciel et de recevoir la grâce. Ils ont préféré nier complètement l’avènement de la vérité pour défendre les intérêts de la Bible. Ils ont préféré crucifier de nouveau le Christ revenu pour garantir l’existence éternelle de la Bible. Comment l’homme peut-il recevoir Mon salut, quand son cœur est si mauvais et sa nature si hostile envers Moi ? Je vis parmi les hommes, pourtant il n’est pas au courant de Mon existence. Même quand Je fais briller Ma lumière sur l’homme, il reste ignorant de Mon existence. Quand Je libère Ma colère sur lui, il nie Mon existence avec encore plus de vigueur. L’homme cherche la compatibilité avec les mots, avec la Bible, pourtant pas une seule personne ne vient devant Moi pour chercher le chemin de la compatibilité avec la vérité. L’homme regarde vers Moi dans le ciel et accorde un intérêt particulier à Mon existence en ce lieu, pourtant personne ne se soucie de Moi dans la chair, car Moi, qui vis parmi les hommes, Je suis simplement trop insignifiant. Ceux qui cherchent seulement la compatibilité avec les paroles de la Bible et avec un Dieu vague constituent un spectacle désolant à Mes yeux. C’est parce qu’ils vénèrent des paroles vides de sens et un Dieu qui est capable de leur donner des trésors immenses. Ce qu’ils vénèrent, c’est un Dieu qui demeure Lui-même à la merci de l’homme, un Dieu qui n’existe pas. Que de telles personnes peuvent-elles alors gagner de Moi ? L’homme est tout simplement trop faible. Comment ceux qui sont contre Moi, qui M’adressent des demandes infinies, qui n’aiment pas la vérité et qui se rebellent contre Moi pourraient-ils être compatibles avec Moi ?

Ceux qui sont contre Moi sont ne sont pas compatibles avec Moi. De même, ceux qui n’aiment pas la vérité et se rebellent contre Moi sont encore plus contre Moi et incompatibles avec Moi. Je livre tous ceux qui ne sont pas compatibles avec Moi entre les mains du malin. Je les abandonne à sa corruption, leur donne libre cours pour exposer leur malfaisance et, enfin, les remets au malin pour être dévorés. Peu M’importe combien M’adorent, c’est-à-dire que peu M’importe combien croient en Moi. Tout ce qui M’intéresse, c’est combien sont compatibles avec Moi. C’est parce que tous ceux qui ne sont pas compatibles avec Moi sont mauvais et Me trahissent. Ce sont Mes ennemis et Je ne « consacrerai » pas Mes ennemis dans Ma maison. Ceux qui sont compatibles avec Moi Me serviront pour toujours dans Ma maison et ceux qui vont à Mon encontre souffriront à jamais de Ma punition. Ceux qui ne se soucient que des paroles de la Bible et sont indifférents à la vérité ou à la recherche de Mes pas sont contre Moi, car ils Me limitent selon la Bible, M’y confinent et blasphèment donc à l’extrême envers Moi. Comment de telles personnes pourraient-elles venir devant Moi ? Elles ne prêtent aucune attention à Mes actes, à Ma volonté ni à la vérité, mais sont plutôt obsédées par des paroles, des paroles qui tuent. Comment de telles personnes pourraient-elles être compatibles avec Moi ?

J’ai prononcé tant de paroles et J’ai également exprimé Ma volonté et Mon tempérament. Malgré cela, les hommes sont toujours incapables de Me connaître et de croire en Moi. Autrement dit, ils sont toujours incapables de M’obéir. Entre ceux qui vivent dans la Bible, ceux qui vivent d’après la loi, ceux qui vivent selon la croix, ceux qui vivent selon la doctrine, ceux qui vivent au sein de l’œuvre que Je réalise aujourd’hui, lesquels sont compatible avec Moi ? Vous ne pensez qu’à recevoir des bénédictions et des récompenses, mais vous n’avez jamais pensé à la façon d’être compatible avec Moi ni à la façon d’éviter d’être en inimitié envers Moi. Vous me décevez tellement, car Je vous ai tant donné, mais J’ai reçu si peu de vous en retour. Entre votre tromperie, votre arrogance, votre cupidité, vos désirs extravagants, votre trahison, votre désobéissance, lequel pourrait échapper à Mon attention ? Vous êtes négligents envers Moi, vous vous moquez de Moi, vous M’insultez, vous Me dupez, vous exigez de Moi, vous M’extorquez pour des sacrifices. Comment une telle malfaisance pourrait-elle échapper à Ma punition ? Elle est la preuve de votre inimitié envers Moi et de votre incompatibilité avec Moi. Vous croyez tous être très compatible avec Moi, mais si tel est le cas, alors qui cette preuve irréfutable concerne-t-elle ? Vous croyez vous-mêmes être d’une sincérité et d’une loyauté absolues envers Moi. Vous pensez avoir vraiment bon cœur, être très compatissants et M’être véritablement dévoués. Vous pensez en avoir assez fait pour Moi. Par contre, avez-vous déjà étudié votre propre comportement au regard de ces croyances ? Je dis que vous êtes très arrogants, très avides, très négligents. Les tours que vous Me jouez sont pleins d’esprit, et vous avez beaucoup d’intentions et de méthodes méprisables. Votre fidélité est trop piètre, votre sincérité est trop insignifiante et, surtout, votre conscience est encore lacunaire. Vos cœurs sont emplis de méchanceté, qui n’épargne personne, pas même Moi. Vous M’avez exclu pour le bien de vos enfants ou de votre mari, ou encore pour vous protéger vous-même. Au lieu de vous soucier de Moi, vous vous souciez de votre famille, de vos enfants, de votre statut, de votre avenir et de votre propre satisfaction. Quand avez-vous jamais pensé à Moi dans vos paroles ou dans vos agissements ? Quand il fait froid, vos pensées se tournent vers vos enfants, votre mari, votre femme ou vos parents. Quand il fait chaud, Je ne suis pas non plus dans vos pensées. Lorsque tu fais ton devoir, tu penses à tes propres intérêts, à ta propre sécurité, aux membres de ta famille. Qu’as-tu jamais fait pour Moi ? Quand as-tu jamais pensé à Moi ? Quand t’es-tu jamais consacré, quoi qu’il t’en coûte, à Moi et à Mon œuvre ? Où est la preuve de ta compatibilité avec Moi ? Où est la réalité de ta fidélité envers Moi ? Où est la réalité de ton obéissance envers Moi ? À quel moment n’as-tu pas eu l’intention de recevoir Mes bénédictions ? Vous Me décevez et Me trompez. Vous jouez avec la vérité, dissimulez son existence et trahissez son essence. Que vous attend-il à l’avenir quand vous placez dans une telle inimitié envers Moi ? Vous poursuivez simplement la compatibilité avec un Dieu vague et cherchez simplement une vague croyance, pourtant vous n’êtes pas compatibles avec Christ. Votre malfaisance ne vous vaudra-t-elle pas le même châtiment que celui qui est réservé aux mauvais ? À ce moment-là, vous vous rendrez compte que quiconque est incompatible avec Christ ne peut échapper au jour de la colère et vous découvrirez quel genre de punition recevront ceux qui ont de l’inimitié envers Christ. Quand ce jour viendra, vos rêves de bénédiction pour votre croyance en Dieu et de gain de l’entrée au ciel seront tous anéantis. Cependant, il n’en sera pas ainsi pour ceux qui sont compatibles avec Christ. Bien qu’ils aient beaucoup perdu et aient connu beaucoup de difficultés, ils recevront tous l’héritage que Je lèguerai à l’humanité. Finalement, vous comprendrez que Moi seul suis le Dieu juste et que Moi seul suis capable de conduire l’humanité vers sa belle destination.

La foi en Christ,Lumière de vie

  Texte de l’Évangile (Lc 24,13-35): Le même jour, deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem, et ils parlaient ensemble de tout ce qui s’était passé. Or, tandis qu’ils parlaient et discutaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux. Mais leurs yeux étaient aveuglés, et ils ne le reconnaissaient pas.

Jésus leur dit: «De quoi causiez-vous donc, tout en marchant?». Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes. L’un des deux, nommé Cléophas, répondit: «Tu es bien le seul de tous ceux qui étaient à Jérusalem à ignorer les événements de ces jours-ci». Il leur dit: «Quels événements?». Ils lui répondirent: «Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth: cet homme était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple. Les chefs des prêtres et nos dirigeants l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié. Et nous qui espérions qu’il serait le libérateur d’Israël! Avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé. A vrai dire, nous avons été bouleversés par quelques femmes de notre groupe. Elles sont allées au tombeau de très bonne heure, et elles n’ont pas trouvé son corps; elles sont même venues nous dire qu’elles avaient eu une apparition: des anges, qui disaient qu’il est vivant. Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit; mais lui, ils ne l’ont pas vu». Il leur dit alors: «Vous n’avez donc pas compris ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes! Ne fallait-il pas que le Messie souffrît tout cela pour entrer dans sa gloire?». Et, en partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur expliqua, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.

Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin. Mais ils s’efforcèrent de le retenir: «Reste avec nous: le soir approche et déjà le jour baisse». Il entra donc pour rester avec eux. Quand il fut à table avec eux, il prit le pain, dit la bénédiction, le rompit et le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards. Alors ils se dirent l’un à l’autre: «Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route, et qu’il nous faisait comprendre les Écritures?».

A l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent: «C’est vrai! le Seigneur est ressuscité: il est apparu à Simon-Pierre». A leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment ils l’avaient reconnu quand il avait rompu le pain.

«Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route, et qu’il nous faisait comprendre les Écritures?»

Abbé Luis PERALTA Hidalgo SDB (Lisboa, Portugal)

Aujourd’hui, l’Évangile nous assure que Jésus est vivant et qu’il est toujours le centre à partir duquel se construit la communauté de ses disciples. C’est précisément dans ce contexte ecclésiastique- dans une rencontre communautaire, dans le dialogue avec nos frères qui partagent notre foi, dans l’écoute communautaire de la parole de Dieu, dans l’amour partagé par des actes fraternels et de service aux autres- que les disciples peuvent expérimenter leur rencontre avec Jésus ressuscité.

Les disciples accablés de tristes pensées, n’ont jamais imaginés que cet étranger fut précisément leur Maître qui était déjà ressuscité. Pourtant, leur cœur «brûlait» (cf. Lc 24,32), lorsqu’il leur parlait et leur expliquait les Écritures. La lumière de la Parole enlevait la dureté de leur cœur et «leurs yeux s’ouvrirent» (Lc 24,31).

L’icône des disciples d’Emmaüs nous sert de guide sur la longue route de nos doutes, de nos inquiétudes et parfois même de nos rudes déceptions, le divin Voyageur est toujours notre compagnon de route afin de nous faire comprendre, en interprétant les écritures, les mystères de Dieu. Quand la rencontre devient plénitude, la lumière de la Parole fait suite à la lumière qui jaillit du «Pain de vie» par lequel le Christ accomplit de manière décisive sa promesse: «Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde» (Mt 28,20).

«L’annonce de la résurrection du Seigneur illumine les zones d’ombre du monde dans lequel nous vivons», a expliqué le pape Émérite Benoît XVI.

 Il peut paraître étonnant que l’on nous exhorte à prier Celui qui sait ce qui nous est nécessaire avant que nous ne lui demandions. Le Seigneur notre Dieu veut que, grâce à la prière, notre désir augmente afin d’être davantage capables de recevoir les dons qu’Il nous prépare.  Nous croyons en Dieu qui est Père, qui est Fils et qui est Esprit Saint. Nous croyons en ces Personnes, et quand nous parlons avec Dieu, nous parlons avec ces Personnes : ou bien avec le Père, ou bien avec le Fils, ou bien encore avec l’Esprit Saint.

Aujourd’hui voici «le jour que fit le Seigneur, qu’il soit pour nous jour de fête et de joie!» (Ps 117:24). Nous sommes invités à suivre la liturgie des jours de l’Octave de Pâques. Réjouissons-nous de savoir que Jésus est avec nous, aujourd’hui et toujours. À tout moment, Il fait route à nos côtés. Mais il faut lui laisser ouvrir les yeux de notre foi afin que nous puissions voir qu’il se trouve dans nos vies. Il veut que nous jouissions de sa compagnie, en faisant ce qu’il nous a dit: «apprenez-leur à garder tous les commandements que je vous ai donnés. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde» (Mt 28:20).

Marchons dans l’espoir de savoir que le Seigneur nous aide à trouver un sens à tout événement. Surtout, dans les moments où, comme les disciples d’Emmaüs, nous avons des difficultés, des ennuis, nous sommes découragés… Il nous faut désormais savoir écouter sa Parole, pour pouvoir interpréter les événements à la lumière du projet salvateur de Dieu. Même s’il peut parfois sembler qu’Il ne nous écoute pas, Il ne nous oublie jamais; Il nous parle toujours. C’est à nous, et uniquement à nous, d’avoir la bonne disposition d’écouter, de méditer et de contempler ce qu’Il veut nous dire.

Souvent, dans les différents milieux que nous fréquentons, nous pouvons rencontrer des personnes vivant comme si Dieu n’existait pas; leur vie n’a plus aucun sens. Notre devoir est de devenir ces bons instruments dont le Seigneur peut se prévaloir pour s’approcher et cheminer auprès de ceux qui nous entourent. Cherchons-nous à leur faire connaître leur condition d’enfants de Dieu et que Jésus nous a tant aimé que, non seulement il est mort et ressuscité pour nous, mais il a voulu demeurer pour toujours dans l’Eucharistie. Ce fut quand il rompit le pain et le leur donna que les disciples d’Emmaüs reconnurent Jésus à ses côtés.

 

LA PUISSANCE QUI VIENT DE DIEU

Il est écrit: “La mort n’a plus de pouvoir sur lui,…il est revenu à la vie,et c’est pour Dieu qu’il vit.Ainsi,vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et vivants pour Dieu…”

Romains 6.V 9 à 11

 

  La vie éternelle c’est la vie même dont Jésus vivait sur notre terre,cette vie dont nous vivons dans notre corps mortel lorsque nous sommes nés de Dieu.La vie éternelle n’est pas simplement un Don venant de Dieu,c’est Dieu lui-même qui se donne.La grâce de Dieu manifestera en nous la puissance et la force et la force qui étaient en Jésus, dès que nous aurons rompu avec le péché.
Vous recevrez une puissance,le Saint-Esprit” et non un pouvoir spécial,que nous communiquerait le Saint-Esprit.
La puissance que nous recevons,c’est le Saint-Esprit lui-même.La vie qui était en Jésus devient la notre, par le moyen de la croix,dès que nous décidons de nous identifier à lui.
Si nous éprouvons des difficultés dans nos rapports avec Dieu,c’est que nous n’avons pas définitivement rompu avec le péché.Dès l’instant que  nous aurons pris cette décision,la plénitude de vie de Dieu viendra en nous.Jésus est venu pour nous donner des provisions inépuisables de vie.La vie éternelle est indépendante du temps,c’est la vie dont Jésus vivait, et dont il est la seule source.
Le chrétien le plus faible peut éprouver en lui la puissance du fils de Dieu,si seulement il s’abandonne à lui.Mais tout effort qui vient de nous-mêmes paralyse la vie de Jésus.Veillons à rester dans cet abandon;alors lentement et surement,la plénitude de la vie de Dieu nous  envahira entièrement, et l’on connaitra que nous avons été avec Jésus.
 

           Bonne semaine à tous.

 

Comment porter notre fardeau?

Remets ton sort à l’Éternel.  Psaume 55,V.23

Il y a des fardeaux que nous devons porter,d’autres que nous devons rejeter. Mais ne portons jamais le fardeau du péché ou celui du doute.Il y a des fardeaux que Dieu pose sur nos épaules,et dont il ne veut pas nous décharger lui-même;il attend que nous nous déchargions sur lui.” Décharge-toi de ton fardeau sur l’Éternel.”Si nous entreprenons un travail pour Dieu,sans nous appuyer sur lui, nous serons accablés, et écrasés par le sentiment de notre responsabilité.Mais si nous nous déchargeons sur lui de ce fardeau qui nous accable,il nous délivrera du poids de la responsabilité, et nous donnera à la place le sentiment de sa présence.
Beaucoup de Chrétiens ont entrepris une œuvre avec courage et conviction,mais sans vivre dans la conviction intime avec Jésus-Christ.Ils sont vite écrasés leur fardeau devient insupportable.il les fatigue et l’on dit autour d’eaux:”Quelle triste fin après un si beau départ!”
”Décharge-toi de ton fardeau sur l’Éternel” au-delà de vouloir le porter tout seul,pose-le sur l’épaule de Dieu,car il est dit :” La domination reposera sur son épaule”Confie ton fardeau à Dieu, qui te l’a donné;ne t’en débarrasse pas,mais porte-le en collaboration avec lui.
avec lui,une telle aide, il deviendra léger.

 

 

 

La vie de Dieu en moi

En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection.        Romains 6,V.5

Ressuscité avec lui! Si j’ai vraiment été crucifié avec Jésus,cela se verra car je lui ressemblerai.Quand l’Esprit de Jésus vient en moi,le contact entre Dieu et moi se rétablit.
Par sa résurrection,Jésus a le pourvoir de me faire participer à la vie divine, et ma vie doit être construite sur les mêmes bases que les siennes.Sa vie de résurrection se manifestera en moi par plus de sainteté.
A travers tous les écrits de l’apôtre Paul,nous retrouvons cette idée dominante: une fois la résolution prise d’être uni à Jésus dans sa mort,sa vie de résurrection nous envahit de toutes part.Vivre la vie du fils de Dieu dans nitre nature humaine demande la toute -puissance divine.Le Saint-Esprit ne peut être en nous comme un invité,il envahit tout! Une fois ma résolution prise que mon” vieil homme”,c’est-à-dire que ma nature pécheresse,doit mourir avec Jésus,le Saint-Esprit m’envahit.Il se charge de tout diriger;mon seul rôle est de marcher dans la lumière et d’obéir à ce qu’il me révèle.Une fois ma décision prise, il m’est facile de constater,dans la pratique, que je suis mort au péché,car je sens à tout moment la vie de Jésus présente en moi.De même qu’il n’ y a qu’une nature humaine,il n’y a qu’une sainteté  celle de Jésus, et c’est elle que je reçois,comme don.Dieu me couvre de la sainteté de son fils, et spirituellement j’appartiens à un monde nouveau.

LE BUT DE LA RESSURECTION

Le but de la résurrection

   Ne fallait-il pas que le Christ souffrît ces choses et qu’il entrât dans sa gloire?   Luc 24,V.26

Et si l’on méditait…

Nous le savons si bien. La croix de notre Seigneur est la porte qui nous donne accès à sa vie; sa résurrection proclame  qu’il a le pouvoir de nous communiquer cette vie. En naissant de nouveau, nous recevons la vie même du Seigneur ressuscité. Le rôle du Seigneur ressuscité est de conduire sur le droit chemin, à la gloire beaucoup de “fils”. L’accomplissement de sa mission lui donne le pourvoir de faire de nous des fils et des filles Dieu. Nous ne sommes pas à l’égard du père dans la même relation que son fils même ,mais par le fils, nous sommes “nous aussi” ses enfants”. Quand notre Seigneur triompha de la mort, il ressuscita avec une vie absolument nouvelle, une vie qu’il n’avait pas connue avant d’avoir été incarné. Il ressuscita pour une vie qui n’avait jamais existé auparavant. Grace à sa résurrection, nous ressuscitons aussi pour vivre ,non de notre ancienne vie, mais de   sa vie  nouvelle. Un jour nous aurons un corps semblable à son corps de gloire, mais nous ne pouvons connaître maintenant “la puissance de sa résurrection”, et marcher en nouveauté de vie.

“Père, l’heure est venue! Glorifie ton fils…selon que tu lui as donné le pourvoir sur toute chair, afin qu’il accorde la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donné ” Le Saint Esprit c’est la vie éternelle qui se manifeste dans notre condition humaine; dès ici-bas et maintenant. Le Saint-Esprit, c’est la personne divine réalisant dans notre vie les effets de l’expiation. Rendons grâce à Dieu pour cette glorieuse et splendide vérité: le Saint-Esprit peut créer en nous la vraie nature de Jésus Christ, si nous acceptons de lui obéir.

 

Mettons-nous en garde contre l’hypocrisie spirituelle

Si quelqu’un voit son frère commettre un péché qui ne mène point à la mort, qu’il prie, et Dieu donnera la vie à ce frère…

Et si l’on méditait ?

Il devient nécessaire pour nous d’être attentifs à la manière dont l’Esprit de Dieu veille sur nous de peur que nous ne tombions dans « l’hypocrisie spirituelle » Attention ! Très souvent au lieu d’intercéder pour elles, nous voyons les chutes des personnes qui nous entourent et nous les jugeons. Et pourtant ce n’est pas notre intelligence mais l’esprit de Dieu qui ouvre nos yeux, notre cœur. Si nous ne distinguons pas d’où vient cette révélation, nous deviendrons « des spécialistes de la critique », nous le sommes d’ailleurs nombreux ! oubliant l’exhortation biblique : « Qu’il prie, et Dieu donnera la vie à ce frère » Prenons garde de ne pas devenir des hypocrites spirituels passant notre temps à réprimander, corriger, blesser, humilier, désapprouver les autres au lieu d’adorer DIEU.

 

Certains caressent la pensée selon laquelle, l’un des fardeaux les plus délicats dont Dieu charge ses serviteurs est celui de discerner ce qui ne va pas chez les autres. Il nous révèle ainsi leurs manquements pour que nous portions leur fardeau comme il a porté le nôtre et que nous cherchions la pensée de Christ pour eux. Tandis que nous intercédons en leur faveur, Dieu leur accordera la vie.

Ainsi il devient juste de se questionner : « Jésus peut-il discerner en nous les fruits de ce travail douloureux ? Eh bien il ne le pourra que si nous nous identifions à lui ; alors il nous communiquera ses pensées au sujet des autres. Intercédons de tout notre cœur afin que Jésus Christ puisse nous approuver.

🚴‍♂️ Il n’y a pas de ha­sard !

Bonjour,
L’un de mes commentaires favoris est : “Il n’y a pas de hasard ! Tout s’explique !” Je dis cela à chaque fois que je me rends compte de ce qui se passe vraiment ! Vous savez, je parle de ces moments où l’on découvre ce qui se passe réellement, en coulisses, lorsqu’on découvre les longues heures de préparation avant un événement ou le prix payé par une personne pour arriver là où elle est aujourd’hui…

Les plus-que-vainqueurs en Christ le sont parce qu’ils sont consacrés à Dieu.

Personne n’arrive au sommet de son art sans fournir des efforts sur le long terme. Les vainqueurs le sont parce qu’ils refusent d’abandonner ! Certes, le prix à payer peut parfois faire peur. Mais il est bien plus coûteux encore de ne pas se donner totalement à Dieu.

Mon pasteur, Harold Weitsz, m’a dit un jour : “Lorsque ton abandon entre les mains du Maître est total, ta victoire sera totale aussi ! Mais, si ton abandon entre Ses mains est partiel, ta victoire sera partielle.”

Il faut beaucoup de courage pour :

Se consacrer à Dieu.
Se discipliner afin de vivre pleinement la volonté de Dieu.
Se donner à 100 % pour le royaume de Dieu.
“Frères, je ne pense pas l’avoir saisi, mais je fais une chose : oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ” (Philippiens 3.13-14).

Aujourd’hui, je vous encourage à prier avec moi : “Seigneur Jésus, je comprends l’importance de me CONSACRER à ce que Tu me demandes d’accomplir. Aide-moi, je Te prie, à me discipliner. Avec Toi, je vais réussir. Je T’aime. Amen.”

Vous êtes un miracle !

⏰ Dé­ci­dez-vous une fois pour toutes !

Bonjour,
L’une de mes amies a vraiment du mal à se décider ! ⏰ Le pire est lorsque nous allons au restaurant ensemble, elle peut passer de très très longues minutes à lire et relire le menu.

Mon épouse a trouvé une solution. Quand cela est possible, on lui envoie le menu la veille. Et tout s’arrange, enfin presque…🤣 Prendre de longues minutes pour décider de ce que l’on va déguster au restaurant est bien anecdotique.

Lorsque cela concerne les décisions majeures de notre vie, nous pouvons rester longtemps embourbés dans nos problèmes.

Il faut du courage pour se décider ! Comme il faut beaucoup de courage pour le faire une fois pour toutes ! “Servir Dieu de tout son cœur, de toute son âme, de toute son intelligence et de toute sa force” exige une prise de décision une fois pour toutes.

J’aime la passion d’Élie dans ce passage : “Élie s’avance devant tout le peuple et dit : “Jusqu’à quand est-ce que vous allez danser tantôt pour l’un, tantôt pour l’autre ? Si c’est le Seigneur qui est Dieu, adorez le Seigneur ! Si c’est Baal qui est Dieu, adorez Baal !” Mais dans le peuple, personne ne lui répond” (1 Rois 18.21).

Choisissez d’être à 100 % avec Jésus-Christ. Le mal progresse et le “bien” a besoin d’ambassadeurs du royaume de Dieu, qui refusent le compromis et la légèreté.

Aujourd’hui, sachez que le Seigneur veut vous amener bien plus loin avec Lui. Comme Josué, proclamons avec force : “Moi et ma maison, nous servirons l’Éternel” (Josué 24.15).” Que le Seigneur vous sature de Sa puissance et de Sa force.

Vous êtes un miracle,