Trauma Healing, Des Pasteurs outillés pour faire face au cas de traumatisme dans les églises

Ils ont été formés au cours d’un séminaire de trois jours à l’église Marie Gocker de Yaoundé. Une expérience appréciée à sa juste valeur par les participants. Les pasteurs des [...]

Ils ont été formés au cours d’un séminaire de trois jours à l’église Marie Gocker de Yaoundé. Une expérience appréciée à sa juste valeur par les participants.


Les pasteurs des églises protestantes du Cameroun EPC consistoire Yaoundé n’en rêvaient pas mieux. Pendant 3 jours, ils ont reçu des enseignements sur la guérison des traumatismes. L’atelier de formation qui s’est déroulé du lundi 08 au mercredi 10 avril 2019 dans les locaux de l’église Marie Gocker de Yaoundé, avait pour objectif principal de donner les rudiments nécessaires aux pasteurs et les aider à voir comment ils pourront venir en aide aux membres de leur communautés. Les travaux étaient dirigés par les « facilitateurs » de l’Alliance Biblique du Cameroun (ABC) dans le cadre du projet « Trauma Healing ».

Cette rencontre se déroule dans un contexte où le Cameroun subit des menaces de toute sorte. La guerre contre Boko Haram dans l’Extrême-Nord, la guerre contre les séparatistes dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest, des enlèvements dans les régions de l’Adamaoua, du nord et de l’Est, mais aussi des violences de toutes natures au quotidien. Ces guerres font de nombreuses victimes qui souffrent de plusieurs blessures intérieures. Ce séminaire trouve toute son importance et sa raison d’être comme le souligne le pasteur Atéba Thimothé Achille de la paroisse ADNA responsable de l’éducation au consistoire Yaoundé :

 

« Ce séminaire sur la guérison des traumatismes est un séminaire très riche pour les pasteurs que nous sommes, parce qu’il nous a apporté un plus, dans l’accompagnement des chrétiens. Il nous a permis d’avoir des outils pour mieux accompagner et aider des personnes qui viennent vers nous et qui très souvent ont des cœurs blessés et souffrent. Nous allons les aider davantage. »

La session de formation s’est ouverte par le recueillement des attentes des participants, en plus de la présentation de L’ABC et du programme. Les enseignements portaient sur plusieurs modules entre autres comment guérir des blessures du cœur, comment aider des enfants qui ont vécus des évènements traumatisants, apporter les souffrances à la croix, le schéma du pardon. Chaque leçon était accompagnée d’un ou plusieurs exercices ou d’une petite histoire. Des leçons appréciées à leur juste valeur par les participants comme le témoigne le Rev Nkol-Nga de la paroisse de Biyem-Assi :

« Ma joie est débordante. Nous devons toujours être ouvert à des séminaires comme celui-ci. Je rentre en paroisse avec beaucoup d’armes pour m’occuper efficacement de ma vocation »

« J’ai reçu des nouvelles leçons. Ce séminaire est pour moi un plus dans ma formation théologique. Au quotidien nous abordons des personnes blessées soit par des deuils soit par des conflits. Je suis désormais capable d’accompagner efficacement les personnes victimes de traumatismes. »

Réactions

« Ça été un séminaire très riche »

« Durant ces trois jours nous avons été instruits sur la guérison des traumatismes. Il arrive parfois que nous interprétons mal les problèmes des personnes malades qui viennent à nous. Grace soit rendue à Dieu qui nous permet de renforcer nos capacités d’accompagnement et de guérison des personnes traumatisées par le biais de ce séminaire.  Nous avons parlé également de la souffrance. Pourquoi l’homme souffre-t-il ? que dit la bible, pourquoi Dieu permet-il que l’homme souffre ? nous avons pu avoir des réponses bibliques théologiques. »

 

« J’ai été fortement édifié et outillé dans mon travail de pasteur »

« Il y a un aspect qui m’a le plus marqué et que je semblais connaitre. Ce sont les lamentations. Quand nous avons abordé les sept étapes d’une lamentation, j’ai compris qu’il s’agissait là d’un remède incontournable dans le processus de guérison des traumatises. Car il m’arrivait parfois de priver les gens de pleurer par exemple. Or moi-même il m’est arrivé de pleurer. Et j’ai compris que pleurer était important quand on vous dit de ne pas pleurer vous sautez une étape et ça fait un faux pont. »

 

« Ma joie est débordante. Il faudrait dans la mesure du possible organiser régulièrement de tel séminaire »

 

 

« Contrairement à ce que nous avons reçu dans les théologies, ce séminaire vient nous enrichir sur un aspect particulier de notre ministère. C’était édifiant. Je rentre en paroisse avec beaucoup d’armes pour m’occuper efficacement de mes fidèles. »

 

 

« Je suis convaincu que le message est passé »

« Je suis satisfait. Ce n’est toujours pas évident de garder les pasteurs au même endroit de les avoir tout le temps pour pouvoir les encadrer. Ils ont toujours beaucoup de sollicitations. Ça fait qu’au début ce n’était pas facile, par la suite eux même ont vu l’importance de ce programme je suis satisfait de voir la façons dont le séminaire s’est déroulé et comment on a pu le contextualisé à cause de leur multiples sollicitations. Je suis convaincu que le message est passé, j’ai eu personnellement l’occasion d’échanger avec les participants qui sont des pasteurs d’églises qui ont promis de ne pas rester à ce niveau mais aller également créer de l’impact dans leurs communautés. Je suis content car je sais que c’est un feu qui est allumé et qui va embraser tout le reste. »

« Je suis motivé à continuer cette œuvre »

 

« Je suis motivé à pouvoir continuer cette œuvre dans leurs témoignages. Ils ont témoigné de leur libération après avoir fait un exercice qui s’intitule porter nos souffrances à la croix. On ne peut pas libérer des personnes lorsque nous sommes encore captifs. Vous voyez pour quoi il est important de s’approprier soit même les enseignements avant de les communiquer aux autres. « 

 

Leave your comment

Please enter your name.
Please enter comment.